Accueil > Nos établissements > I.M.E Levavasseur > Exposition "Grafautisme, traces et mouvements"

Exposition "Grafautisme, traces et mouvements"

Nous sommes en 2017 sur Sainte Marie au centre de la Ressource qui accueille actuellement une partie de l’IME Levavasseur . Le décor se pose ici sur le Service TSA au sein d’un groupe de jeunes enfants avec des Troubles Envahissants du Développement (TED) qui comprend également des enfants n’ayant peu ou pas d’accès au langage verbal . La présence des professionnels se fait intense face à la lourdeur des handicaps. Le travail d’équipe s’exerce dans une action pluri-professionnelle ( Educateurs Spécialisés [ES], Moniteurs Educateurs[ME], Aides Médico-psychologiques [AMP], Maîtresses de maison, Psychomotricienne, Psychologue, Chef De service ...) croisant les regards en lien avec la famille sur la personne accueillie que l’on désigne parfois par le terme “usager”.

JPEG - 71.5 ko

Imran est un enfant qui développe des compétences autistiques notamment au niveau du graphisme, il est accompagné quotidiennement par des professionnels dans le cadre de l’équipe éducative, elle même appuyée par les psychologue, psychomotricienne, orthophoniste. Chaque jour il vient à l’Institut de 8 h à 15 h et nous tentons de lui apporter aide et soutien vivant auprès de lui. Ce parcours favorise sa réelle existence et son épanouissement. Il aime la nature, jouer à ramasser des feuilles, écouter quelques notes de musiques, chevaucher des trottinettes, faire du tourniquet , glisser du haut des toboggans, crayonner sur du papier, c’est un enfant avant tout. Néanmoins il vit aussi l’autisme, il ne parle pas, pleure subitement, tournois sur lui même , crie, s’enfuie, s’angoisse, souffre en silence.

JPEG - 150.8 ko

Le groupe “Alamanda”, au sein duquel il évolue, présente cette année aux équipes dans le cadre du 40ème Anniversaire de l’Association Frédéric Levavasseur [AFL] cette contribution au travail collectif en hommage aux personnes les plus proches des enfants (équipes, familles) travaillant dans l’ombre mais aussi dans les lumières de nos accompagnements. C’est un trait d’union pour éclairer l’artisanat et les artisans du lien espérant toujours plus de bien-traitance.
Le "grafautisme" est une démarche de création graphique collective qui implique un ou plusieurs professionnels et des jeunes enfants avec autismes , membres d’un groupe éducatif : "Alamanda ". Les enfants communiquent à leurs manières, les mots sont le silence des corps en mouvements perpétuels à décrypter dans un travail d’observation continuel et quotidien.
Dans ce contexte, le projet "grafautisme "entraîne une participation collaborative de type

« co-création »

dans laquelle les jeunes avec autismes et les participants se partagent équitablement le pouvoir de décision sur l’ensemble du processus et le choix des différentes caractéristiques de leur travail créatif (approchant chacun à sa manière les outils, le contenu, le cadre de l’acte créatif, la créativité elle même).

JPEG - 132.8 ko

La démarche créative, dont le déroulement est aussi important que le résultat, est utilisée comme un outil qui favorise l’expression sous ses différentes formes (artistiques ,langagière, corporelle..) des participants. Un équilibre se produit entre le mouvement et le langage corporel ,rassemblement du corps dans la pointe du crayon ouvrant la voie d’une possible révélations de leurs expériences de vie et de leurs préoccupations. Dans une perspective de transformation du mouvement ou, tout du moins, de contribution à un mieux-être, un graphisme prend alors la forme d’un langage partagé ou l’ensemble des processus socio-cognitif sont sollicités ( concentration, attention conjointe, contrôle du mouvement, émotions, culture des couleurs, des formes et des textures).
La place de l’accompagnant prend alors tout son sens : soutien gestuel physique partiel ou totale , accompagnement à l’autonomie du geste , échanges par carte objet pour les uns, libération de la parole pour les autres.
L’accompagnement par le "grafautisme "se veut une rencontre communiquée , co-élaborée en équipe pluridisciplinaire autour d’un projet de loisirs adapté aux besoins, aux souhaits et aux capacités de l’enfant.
La pratique artistique engagée dans la démarche est centrée sur la personne avec autisme dans le but de lui faire éprouver du plaisir dans une activité culturelle, de soutenir son expression créatrice, de lui permettre de s’inscrire dans le temps présent, temporairement en dehors des “comportements problèmes” et ainsi de contribuer à son bien-être.

JPEG - 142.7 ko

Au total, 20 productions seront présentées ici . Ce sont des tableaux, des éléments de réflexion ouvrant des pistes de recherche pour une meilleure compréhension de nos rapports à l’art et à la culture auprès des personnes en situation de handicap, vulnérables, dans un monde ou le sens est sans cesse en question.
Cette exposition vous invite, vous offre à la manière des hublots, à plonger dans les corridors de ce quotidien qui échappe aux mots, mais qui nous revient dans un langage sans grammaire, sans orthographe.
Ici comme derrière ces petites fenêtres que sont nos yeux, il est question du regard.
Regards que nous portons sur cet autre ,nous même, “l’étranger” que l’on ne peut espérer approcher qu’en faisant l’effort collectif de s’interroger sur nos propres relations aux concepts d’identité, de culture, de handicap, de vulnérabilité, de médiatisation culturelle, d’inclusion pour espérer encore une valorisation et une acceptation au sein de la communauté. Il nous faut dès lors, encourager une participation sociale active et le développement de relations sociales avec d’autres membres de cette même communauté dans l’espoir de préserver un patrimoine commun.

Le collectif Alamanda
Juin 2017

lundi 3 juillet 2017, par Olivier Leveneur

SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Accessibilite | Mentions legales